************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************

mardi 24 décembre 2013

Centrafrique: coups de feu entre Burundais et Tchadiens de la Misca

RFI 
24/12/2013

Un soldat tchadien circule à pied dans
 les rues de Bangui, le 9 décembre dernier.
REUTERS/Emmanuel Braun
Des troupes burundaises sont engagées au sein de la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca). On apprend ce 24 décembre au matin qu’il y a eu des accrochages lundi 23 décembre au sein de la force africaine, entre des soldats burundais et des soldats tchadiens. 

Tout a commencé lundi 23 décembre au matin, au PK10, dans le nord de la capitale centrafricaine. Des soldats du contingent burundais de la Misca, ont désarmé six ex-Seleka qui étaient pris à parti par la population. Ces populations leur reprochaient notamment de rouler dans le véhicule d’un responsable administratif qu’ils avaient tué quelques jours avant. 

Deux soldats tchadiens à bord d’un véhicule aux couleurs de la Fomac - la force qui est devenue depuis la Misca - sont alors intervenus et ont lancé une grenade en direction des forces burundaises sans faire de victime, explique le commandant en chef du contingent burundais, le lieutenant-colonel Poncien Kisimahana. « On ne sait pas comment ils [les éléments de la Seleka, ndlr] ont réussi à prévenir les Tchadiens », précise l'officier burundais, qui insiste que ses soldats n'ont « pas voulu envenimer les choses et [ont] laissé faire ». Les soldats tchadiens sont alors repartis en tirant dans tous les sens, avec les six ex-Seleka.

Trois soldats tchadiens blessés 
Ils s’en sont pris à une position d’avant-garde des soldats burundais qui n’étaient pas au courant de la consigne de ne pas riposter. Ceux-ci, ont riposté à ces tirs et auraient blessé trois soldats tchadiens. 

Les choses n’en sont pas restées là. Les soldats tchadiens sont intervenus en fin d’après-midi contre les positions de l’armée burundaise, qui ont riposté et sont parvenus à contenir l’attaque, selon le commandant du contingent burundais, qui dit ne déplorer aucun dégât de son côté. 

Une enquête en cours 
Tout est rentré alors dans l’ordre, lundi après-midi. Aujourd’hui mardi, il assure que cela se passe bien, qu’il n’y a plus de problème. Selon lui, les responsables de la Misca sont intervenus et tout est rentré dans l’ordre. 

Une enquête est en cours. Ces événements interviennent alors que les Tchadiens - accusés par certains d’assister les ex-Seleka - devraient sous peu ne plus être déployés dans la capitale, mais être renvoyés dans un secteur plus au nord. Le chef militaire de la Misca a cependant assuré, dans un entretien à RFI, que cela n'avait rien à voir avec les accusations régulièrement portées contre les Tchadiens. 

Le ministre tchadien de la Communication, Hassan Sylla, a également fermement démenti toutes ces accusations.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire