************ BONJOUR, J'AIMERAIS BEAUCOUP RETROUVER ET ENTRER EN CONTACT AVEC MME MARTINE DUPONT QUI EST NOMMEE SUR CE SITE, CAR ELLE A BIEN CONNU MA MAMAN AVEC QUI ILS ONT VECU A COQUILHATHVILLE. D'AVANCE UN GRAND MERCI. NADINE NANDU - EMAIL : nadinenandu@skynet.be ************ AU MUSEE DU QUAI BRANLY A PARIS, L'AFRIQUE DES ROUTES, DU 31 JANVIER 2017 AU 12 NOVEMBRE 2017 ************ ÉCLECTIQUE - UNE COLLECTION DU XXIEME SIECLE AU MUSEE DU QUAI BRANLY DU 23/11/2016 AU 02/04/2017

dimanche 30 décembre 2012

Cette colonie qui nous appartient un peu

La communauté luxembourgeoise au Congo Belge
1883 - 1960
Publication de la Fondation Robert-Krieps

Lors du voyage du Roi des Belges Baudouin
au Congo en 1955, des pêcheurs participant
à une course de pirogues en l'honneur du
Souverain avaient donné le nom de"Luxembourg"
à leur embarcation
© Collection Ceges - Bruxelles
Le Grand-Duché de Luxembourg n'a jamais été une puissance coloniale. Pourtant, il fut largement associé à la politique coloniale de la Belgique et de nombreux Luxembourgeois se rendirent au Congo belge entre 1880 et 1960. Missionnaires, ingénieurs, commerçants, artisans et même fonctionnaires coloniaux, les Luxembourgeois participèrent en grand nombre à la colonisation en Afrique centrale.

Ce livre retrace l'histoire des coloniaux luxembourgeois et analyse leur statut légal au Congo belge, la composition socioprofessionnelle de leur groupe, mais aussi la propagande coloniale faite au Grand-Duché. Organisés en plusieurs associations, les coloniaux luxembourgeois jouissaient de larges soutiens politiques jusque dans les plus hautes sphères de l'Etat luxembourgeois. Au Congo même, les Luxembourgeois tentèrent de garder une identité propre, tout en s'intégrant en grande partie dans la société des colonisateurs blancs.


Si les Luxembourgeois ont effectivement participé au mouvement colonial belge, leur statut fut toujours ambigu : considérés à égalité avec les Belges dans de nombreux cas, ils ne furent cependant pas totalement assimilés à eux. En effet, l'ouverture du Congo aux Grand-Ducaux était à double tranchant puisqu'il s'agissait également d'un moyen de mise en oeuvre des tendances annexionnistes de la Belgique sur le Luxembourg qui était à la fois cible et outil de la politique impérialiste belge.

L'auteur :

Régis MOES est né en 1986 à Luxembourg. Historien, il a fait ses études à l'Université Libre de Bruxelles et à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, où il a soutenu son mémoire de Master 2 sous la direction de Pierre Boilley. Il a été par ailleurs Elève de la Sélection internationale de l'Ecole normale supérieure de Paris.

Régis Moes est actuellement chercheur en formation doctorale à l'Université du Luxembourg. Il est également président des Jeunesses socialistes luxembourgeoises et conseiller communal à Niederanven.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire